Le guerrier de Dieu dans la « Chanson d’Antioche » et dans la « Troisième Continuation » : deux portraits de la violence

Ce n’est que très récemment que j’ai finalement lu des chansons de geste. Je n’avais pas lu même la Chanson de Roland avant il y a quelques mois. C’est à la limite un peu honteux, mais bon, c’est des choses qui arrivent. Nous avons tous de ces livres que nous devrions avoir lu, mais que nous n’avons toujours pas eu le temps de lire (il y a encore dans cette liste pour moi L’Éducation sentimentale de Flaubert…). N’empêche, maintenant c’est fait. J’ai lu la collection des extraits du cycle de Guillaume d’Orange chez Livre de Poche, la Chanson de Roland, et je viens de commencer la Chanson d’Antioche.

Bernard Guidot le relève très bien dans l’introduction de son édition dans la collection Champion classiques, la Chanson d’Antioche diffère énormément d’avec la Chanson de Roland. Dans ce texte du cycle des croisades, toute violence est permise au nom de Dieu. Si l’on racontait cette histoire sans préciser qui en sont les acteurs (et en quel(s) dieu(x) ils croient) et sans le discours apologétique du narrateur, on se demanderait probablement qui sont censés être les Chrétiens et qui sont censés être les païens dans cette histoire. L’un de ces premiers moments d’une extrême violence est dans la laisse LI, dans laquelle le narrateur nous apprend, sans autre cérémonie, que les Français ont catapulté le corps de l’émissaire de leur ennemi à l’intérieur des murs de Nicée, parce que cet émissaire « honte est et viutés » (v. 1258).

Un tel geste, dans un roman arthurien, ne peut être commis que par les plus félons ennemis des chevaliers de la Table ronde. Néanmoins, le cautionnement de la violence des chevaliers varie énormément d’un roman à l’autre. Certains se rapprochent davantage de la Chanson d’Antioche sur certains aspects, mais s’en éloignent sur d’autres. Je pense que la comparaison avec la Troisième Continuation du Conte du Graal par Manessier peut être intéressante.

Continuer la lecture de « Le guerrier de Dieu dans la « Chanson d’Antioche » et dans la « Troisième Continuation » : deux portraits de la violence »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search