La marchandisation de l’éducation, le clientélisme universitaire et leurs contraires: pistes de réflexion

Au cours de l’affaire récente entourant l’utilisation du mot en N en contexte universitaire et le sort réservé à Mme Verushka Lieutenant-Duval, beaucoup de professeur.e.s, tout spécialement dans les domaines des sciences humaines et des lettres, ont tenu à exprimer une certaine craintes qu’iels éprouvaient face à un certain clientélisme dans les actions de l’Université d’Ottawa.

Personnellement, je me suis déjà exprimé.e sur l’enjeu du racisme (spécifiquement en lien avec la production de Escouade 99, l’adaptation québécoise de la série américaine Brooklyn 99) et ma perspective personnelle se situe entièrement dans la lignée du féminisme intersectionnel. Je ne compte pas ici m’exprimer sur le sujet du racisme, mais plutôt m’intéresser spécifiquement à l’enjeu du clientélisme universitaire et de la marchandisation de l’éducation.

La première question que je me suis posé.e quand j’ai entendu ces expressions était de savoir à quoi réfèrent exactement ces deux expressions. J’ai donc demandé à mon ami Google…

Continuer la lecture de « La marchandisation de l’éducation, le clientélisme universitaire et leurs contraires: pistes de réflexion »

La journée d’étude dans le néant (une histoire sur la COVID-19)

Je suis une étudiante dans le programme de doctorat en littératures de langue française à l’Université de Montréal. Avant de commencer mon doctorat, j’ai bien entendu fini ma maîtrise… il faut bien passer par les roues d’entraînement pour faire du vélo, comme on dit.

Voyant mes collègues se mettre assez rapidement à participer à beaucoup de colloques, à publier dans des actes de colloques, à écrire des articles, lorsque j’étais à la maîtrise, j’ai senti l’urgence de m’insérer rapidement dans le milieu professionnel des études littéraires. Je l’ai fait avec assez de succès en février de cette année (2020), avant le début de la période la plus étrange que je vis depuis le début de ma vie (bon, ça remonte à 1996, ce ne sera probablement pas celle que je qualifierai de cette manière quand j’aurai 60 ans). Donc, j’ai décidé de tenter pour une journée d’étude adressée spécifiquement aux jeunes chercheurs, organisée à l’UQÀM autour du thème de la vérité et du mensonge en littérature.

Le colloque était initialement prévu pour le 21 avril, mais les choses étant devenues ce qu’elles sont depuis le 13 mars, le colloque a été annulé avec l’intention d’un report à date ultérieure. Après quelques hésitations, qu’on peut attribuer à l’incertitude sur le destin collectif, les organisateur-ice-s ont décidé de tenir la journée « en ligne ». Je mets des guillemets, vous comprendrez peut-être en sachant ce qui s’est passé.

Continuer la lecture de « La journée d’étude dans le néant (une histoire sur la COVID-19) »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search