La prétérition dans l’histoire de Judas dans la « Légende dorée » de Jacques de Voragine : processus linguistique ou rhétorique ?

Quand j’ai commencé mon projet de recherche, mon idée de la prétérition a été informée par ma lecture des Continuations du Conte du Graal de Chrétien de Troyes. Les trois premières Continuations (la Première anonyme, celle de Wauchier de Denain, celle de Manessier) en comportent beaucoup, et parfois des très longues et des très signifiantes. Par exemple, dans la Première Continuation, dans toutes les versions, le narrateur raconte l’histoire de Lionel largement par des phrases négatives, en énonçant une liste de toutes les choses dont il ne nous parlera pas. Cette liste s’étend sur plusieurs dizaines de vers. Ainsi, quand j’ai commencé ce projet, ma définition de la prétérition a été la suivante :

La prétérition ou paralipse, appelée praeteritio ou occupatio en latin, repose sur le fait de prétendre passer sous silence une information, tout en donnant assez d’éléments pour que le public déduise par lui-même l’information qui est omise.

Faire une prétérition, c’est donc précisément faire ce que le titre de ce blog suggère, c’est-à-dire écrire une affirmation à reculons, en suggérant plutôt qu’en énonçant, dans un processus qui, selon mes recherches, tient au moins en partie de l’ironie littéraire.

Continuer la lecture de « La prétérition dans l’histoire de Judas dans la « Légende dorée » de Jacques de Voragine : processus linguistique ou rhétorique ? »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search