Compte rendu: La Chanson d’Antioche, édition de Bernard Guidot

Je me suis accordé.e un congé d’écriture de blog durant le temps des fêtes. Ce fut une période pour le moins étrange. En reprenant le fil de mon « journal à puces » (en anglais un bullet journal), je me suis rendu.e compte que j’ai négligé de me faire des listes de choses à faire pendant très exactement un mois (du 5 décembre au 5 janvier). J’ai honnêtement l’impression que ce mois est « passé dans l’beurre », comme on dit.

Ce sera un retour léger: quelques remarques simplement sur l’édition donnée par Bernard Guidot de La Chanson d’Antioche, texte sur lequel j’espère avoir l’occasion de revenir (et j’espère par ailleurs avoir l’occasion de lire aussi Les Chétifs et La Chanson de Jérusalem, et pourquoi pas tout le cycle éventuellement).

Un avertissement cependant: j’ai une hantise des livres qui trainent chez moi sans raison et j’ai déjà retourné le livre à la bibliothèque, je me fierai donc surtout à ma mémoire pour ces notes, mais elles seront probablement utiles à quiconque veut aborder cette édition.

La référence entière: La Chanson d’Antioche. Chanson de geste du dernier quart du XIIe siècle, éd. et trad. Bernard GUIDOT, Paris, Honoré Champion, « Champion Classiques », 2011, 1120 p.

Continuer la lecture de « Compte rendu: La Chanson d’Antioche, édition de Bernard Guidot »

L’unique prétérition dans la Chanson d’Antioche

Après de nombreuses digressions, me voilà enfin de retour vers le sujet de ce blog (et de mes recherches).

Je ne m’attendais pas à trouver de prétérition dans la Chanson d’Antioche, mais la structure particulière de ce texte fait en sorte qu’il y en a bel et bien une, vers la toute fin du texte :

Hui mais orés paiens a grant honte livrer.
Langue ne poroit dire ne nus cuers porpenser
Çou que le jor en fisent li baron d’outremer.

Ne vos sai des proeces de cascun aconter,
Mais le duc de Buillon ne voel jo oblïer,
Ne Guigier l’Aleman qui tant fait a löer,
Ne le conte Robert qui Flandres doit garder,
Li quens Hues li Maines et Buiemons li ber,
Robers de Normendie o le vïaire cler :
Par le bataille vont a guise de sengler.
Entre l’eve et le mont vont paiens encontrer ;
Od les brans acerins les fisent reüser ;
Onques en lor heberges ne porent puis ester.

La Chanson d’Antioche, éd. et trad. Bernard GUIDOT, l. 358, v. 9124-9136, p. 924 et 926.

Je vais donc simplement mettre ici quelques remarques concernant cette prétérition.

Continuer la lecture de « L’unique prétérition dans la Chanson d’Antioche »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search