L’unique prétérition dans la Chanson d’Antioche

Après de nombreuses digressions, me voilà enfin de retour vers le sujet de ce blog (et de mes recherches).

Je ne m’attendais pas à trouver de prétérition dans la Chanson d’Antioche, mais la structure particulière de ce texte fait en sorte qu’il y en a bel et bien une, vers la toute fin du texte :

Hui mais orés paiens a grant honte livrer.
Langue ne poroit dire ne nus cuers porpenser
Çou que le jor en fisent li baron d’outremer.

Ne vos sai des proeces de cascun aconter,
Mais le duc de Buillon ne voel jo oblïer,
Ne Guigier l’Aleman qui tant fait a löer,
Ne le conte Robert qui Flandres doit garder,
Li quens Hues li Maines et Buiemons li ber,
Robers de Normendie o le vïaire cler :
Par le bataille vont a guise de sengler.
Entre l’eve et le mont vont paiens encontrer ;
Od les brans acerins les fisent reüser ;
Onques en lor heberges ne porent puis ester.

La Chanson d’Antioche, éd. et trad. Bernard GUIDOT, l. 358, v. 9124-9136, p. 924 et 926.

Je vais donc simplement mettre ici quelques remarques concernant cette prétérition.

Continuer la lecture de « L’unique prétérition dans la Chanson d’Antioche »

La marchandisation de l’éducation, le clientélisme universitaire et leurs contraires: pistes de réflexion

Au cours de l’affaire récente entourant l’utilisation du mot en N en contexte universitaire et le sort réservé à Mme Verushka Lieutenant-Duval, beaucoup de professeur.e.s, tout spécialement dans les domaines des sciences humaines et des lettres, ont tenu à exprimer une certaine craintes qu’iels éprouvaient face à un certain clientélisme dans les actions de l’Université d’Ottawa.

Personnellement, je me suis déjà exprimé.e sur l’enjeu du racisme (spécifiquement en lien avec la production de Escouade 99, l’adaptation québécoise de la série américaine Brooklyn 99) et ma perspective personnelle se situe entièrement dans la lignée du féminisme intersectionnel. Je ne compte pas ici m’exprimer sur le sujet du racisme, mais plutôt m’intéresser spécifiquement à l’enjeu du clientélisme universitaire et de la marchandisation de l’éducation.

La première question que je me suis posé.e quand j’ai entendu ces expressions était de savoir à quoi réfèrent exactement ces deux expressions. J’ai donc demandé à mon ami Google…

Continuer la lecture de « La marchandisation de l’éducation, le clientélisme universitaire et leurs contraires: pistes de réflexion »

La prétérition dans l’histoire de Judas dans la « Légende dorée » de Jacques de Voragine : processus linguistique ou rhétorique ?

Quand j’ai commencé mon projet de recherche, mon idée de la prétérition a été informée par ma lecture des Continuations du Conte du Graal de Chrétien de Troyes. Les trois premières Continuations (la Première anonyme, celle de Wauchier de Denain, celle de Manessier) en comportent beaucoup, et parfois des très longues et des très signifiantes. Par exemple, dans la Première Continuation, dans toutes les versions, le narrateur raconte l’histoire de Lionel largement par des phrases négatives, en énonçant une liste de toutes les choses dont il ne nous parlera pas. Cette liste s’étend sur plusieurs dizaines de vers. Ainsi, quand j’ai commencé ce projet, ma définition de la prétérition a été la suivante :

La prétérition ou paralipse, appelée praeteritio ou occupatio en latin, repose sur le fait de prétendre passer sous silence une information, tout en donnant assez d’éléments pour que le public déduise par lui-même l’information qui est omise.

Faire une prétérition, c’est donc précisément faire ce que le titre de ce blog suggère, c’est-à-dire écrire une affirmation à reculons, en suggérant plutôt qu’en énonçant, dans un processus qui, selon mes recherches, tient au moins en partie de l’ironie littéraire.

Continuer la lecture de « La prétérition dans l’histoire de Judas dans la « Légende dorée » de Jacques de Voragine : processus linguistique ou rhétorique ? »

Le guerrier de Dieu dans la « Chanson d’Antioche » et dans la « Troisième Continuation » : deux portraits de la violence

Ce n’est que très récemment que j’ai finalement lu des chansons de geste. Je n’avais pas lu même la Chanson de Roland avant il y a quelques mois. C’est à la limite un peu honteux, mais bon, c’est des choses qui arrivent. Nous avons tous de ces livres que nous devrions avoir lu, mais que nous n’avons toujours pas eu le temps de lire (il y a encore dans cette liste pour moi L’Éducation sentimentale de Flaubert…). N’empêche, maintenant c’est fait. J’ai lu la collection des extraits du cycle de Guillaume d’Orange chez Livre de Poche, la Chanson de Roland, et je viens de commencer la Chanson d’Antioche.

Bernard Guidot le relève très bien dans l’introduction de son édition dans la collection Champion classiques, la Chanson d’Antioche diffère énormément d’avec la Chanson de Roland. Dans ce texte du cycle des croisades, toute violence est permise au nom de Dieu. Si l’on racontait cette histoire sans préciser qui en sont les acteurs (et en quel(s) dieu(x) ils croient) et sans le discours apologétique du narrateur, on se demanderait probablement qui sont censés être les Chrétiens et qui sont censés être les païens dans cette histoire. L’un de ces premiers moments d’une extrême violence est dans la laisse LI, dans laquelle le narrateur nous apprend, sans autre cérémonie, que les Français ont catapulté le corps de l’émissaire de leur ennemi à l’intérieur des murs de Nicée, parce que cet émissaire « honte est et viutés » (v. 1258).

Un tel geste, dans un roman arthurien, ne peut être commis que par les plus félons ennemis des chevaliers de la Table ronde. Néanmoins, le cautionnement de la violence des chevaliers varie énormément d’un roman à l’autre. Certains se rapprochent davantage de la Chanson d’Antioche sur certains aspects, mais s’en éloignent sur d’autres. Je pense que la comparaison avec la Troisième Continuation du Conte du Graal par Manessier peut être intéressante.

Continuer la lecture de « Le guerrier de Dieu dans la « Chanson d’Antioche » et dans la « Troisième Continuation » : deux portraits de la violence »

La journée d’étude dans le néant (une histoire sur la COVID-19)

Je suis une étudiante dans le programme de doctorat en littératures de langue française à l’Université de Montréal. Avant de commencer mon doctorat, j’ai bien entendu fini ma maîtrise… il faut bien passer par les roues d’entraînement pour faire du vélo, comme on dit.

Voyant mes collègues se mettre assez rapidement à participer à beaucoup de colloques, à publier dans des actes de colloques, à écrire des articles, lorsque j’étais à la maîtrise, j’ai senti l’urgence de m’insérer rapidement dans le milieu professionnel des études littéraires. Je l’ai fait avec assez de succès en février de cette année (2020), avant le début de la période la plus étrange que je vis depuis le début de ma vie (bon, ça remonte à 1996, ce ne sera probablement pas celle que je qualifierai de cette manière quand j’aurai 60 ans). Donc, j’ai décidé de tenter pour une journée d’étude adressée spécifiquement aux jeunes chercheurs, organisée à l’UQÀM autour du thème de la vérité et du mensonge en littérature.

Le colloque était initialement prévu pour le 21 avril, mais les choses étant devenues ce qu’elles sont depuis le 13 mars, le colloque a été annulé avec l’intention d’un report à date ultérieure. Après quelques hésitations, qu’on peut attribuer à l’incertitude sur le destin collectif, les organisateur-ice-s ont décidé de tenir la journée « en ligne ». Je mets des guillemets, vous comprendrez peut-être en sachant ce qui s’est passé.

Continuer la lecture de « La journée d’étude dans le néant (une histoire sur la COVID-19) »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search