Excursion hors-champ : JoJo’s Bizarre Adventure

Petite annonce : Je participerai (en distanciel) en mars prochain au colloque Imaginaires du corps, sensualités imaginées du Laboratoire des imaginaires de l’Université Rennes 2.

Dans ma présentation, je soutiendrai l’hypothèse que la huitième partie de JoJo’s Bizarre Adventure, JoJolion, trouve sa cohérence narrative, en dépit de ses incohérences de surface, lorsque l’on compare cette organisation narrative au traitement du corps dans le récit, notamment lorsque l’on y pense par le thème du dédoublement et de la dualité.

Il s’agit d’un manga et d’une série animée japonais écrits par Hirohiko Araki. Si les premières parties du manga sont plus conformes aux codes classiques du manga shônen, les parties six à huit de JoJo s’appliquent à renouveler et à transformer les codes narratifs et poétiques du manga. Dans JoJolion, le corps est un enjeu narratif majeur. Quelques remarques :

  • Le contrôle et les transformations du corps sont à la place centrale dans la quête identitaire du protagoniste, dont le corps est composé du corps de deux autres personnes.
  • Le corps est support d’enjeux de pouvoir, de la sensualité et de la sexualité, du drame, de l’héritage et des valeurs des personnages, fondamentalement pensés dans une perspective physique.
  • Le corps, en particulier sa nature, est le marqueur principal d’altérité dans le récit, qui oppose des êtres humains à des êtres à base de silicone surnommés « humains de roc » (岩人間, iwa-ningen).

Je me donnerai donc l’opportunité d’explorer ce nouveau sujet, et peut-être aussi de penser autrement le rapport texte-image que dans les manuscrits médiévaux. C’est en apparence sans rapport avec mon sujet de thèse, mais ça recoupe beaucoup de questions de théorie littéraire qui me préoccupent.

L’unique prétérition dans la Chanson d’Antioche

Après de nombreuses digressions, me voilà enfin de retour vers le sujet de ce blog (et de mes recherches).

Je ne m’attendais pas à trouver de prétérition dans la Chanson d’Antioche, mais la structure particulière de ce texte fait en sorte qu’il y en a bel et bien une, vers la toute fin du texte :

Hui mais orés paiens a grant honte livrer.
Langue ne poroit dire ne nus cuers porpenser
Çou que le jor en fisent li baron d’outremer.

Ne vos sai des proeces de cascun aconter,
Mais le duc de Buillon ne voel jo oblïer,
Ne Guigier l’Aleman qui tant fait a löer,
Ne le conte Robert qui Flandres doit garder,
Li quens Hues li Maines et Buiemons li ber,
Robers de Normendie o le vïaire cler :
Par le bataille vont a guise de sengler.
Entre l’eve et le mont vont paiens encontrer ;
Od les brans acerins les fisent reüser ;
Onques en lor heberges ne porent puis ester.

La Chanson d’Antioche, éd. et trad. Bernard GUIDOT, l. 358, v. 9124-9136, p. 924 et 926.

Je vais donc simplement mettre ici quelques remarques concernant cette prétérition.

Continuer la lecture de « L’unique prétérition dans la Chanson d’Antioche »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search