Le guerrier de Dieu dans la « Chanson d’Antioche » et dans la « Troisième Continuation » : deux portraits de la violence

Ce n’est que très récemment que j’ai finalement lu des chansons de geste. Je n’avais pas lu même la Chanson de Roland avant il y a quelques mois. C’est à la limite un peu honteux, mais bon, c’est des choses qui arrivent. Nous avons tous de ces livres que nous devrions avoir lu, mais que nous n’avons toujours pas eu le temps de lire (il y a encore dans cette liste pour moi L’Éducation sentimentale de Flaubert…). N’empêche, maintenant c’est fait. J’ai lu la collection des extraits du cycle de Guillaume d’Orange chez Livre de Poche, la Chanson de Roland, et je viens de commencer la Chanson d’Antioche.

Bernard Guidot le relève très bien dans l’introduction de son édition dans la collection Champion classiques, la Chanson d’Antioche diffère énormément d’avec la Chanson de Roland. Dans ce texte du cycle des croisades, toute violence est permise au nom de Dieu. Si l’on racontait cette histoire sans préciser qui en sont les acteurs (et en quel(s) dieu(x) ils croient) et sans le discours apologétique du narrateur, on se demanderait probablement qui sont censés être les Chrétiens et qui sont censés être les païens dans cette histoire. L’un de ces premiers moments d’une extrême violence est dans la laisse LI, dans laquelle le narrateur nous apprend, sans autre cérémonie, que les Français ont catapulté le corps de l’émissaire de leur ennemi à l’intérieur des murs de Nicée, parce que cet émissaire « honte est et viutés » (v. 1258).

Un tel geste, dans un roman arthurien, ne peut être commis que par les plus félons ennemis des chevaliers de la Table ronde. Néanmoins, le cautionnement de la violence des chevaliers varie énormément d’un roman à l’autre. Certains se rapprochent davantage de la Chanson d’Antioche sur certains aspects, mais s’en éloignent sur d’autres. Je pense que la comparaison avec la Troisième Continuation du Conte du Graal par Manessier peut être intéressante.

Continuer la lecture de « Le guerrier de Dieu dans la « Chanson d’Antioche » et dans la « Troisième Continuation » : deux portraits de la violence »

La journée d’étude dans le néant (une histoire sur la COVID-19)

Je suis une étudiante dans le programme de doctorat en littératures de langue française à l’Université de Montréal. Avant de commencer mon doctorat, j’ai bien entendu fini ma maîtrise… il faut bien passer par les roues d’entraînement pour faire du vélo, comme on dit.

Voyant mes collègues se mettre assez rapidement à participer à beaucoup de colloques, à publier dans des actes de colloques, à écrire des articles, lorsque j’étais à la maîtrise, j’ai senti l’urgence de m’insérer rapidement dans le milieu professionnel des études littéraires. Je l’ai fait avec assez de succès en février de cette année (2020), avant le début de la période la plus étrange que je vis depuis le début de ma vie (bon, ça remonte à 1996, ce ne sera probablement pas celle que je qualifierai de cette manière quand j’aurai 60 ans). Donc, j’ai décidé de tenter pour une journée d’étude adressée spécifiquement aux jeunes chercheurs, organisée à l’UQÀM autour du thème de la vérité et du mensonge en littérature.

Le colloque était initialement prévu pour le 21 avril, mais les choses étant devenues ce qu’elles sont depuis le 13 mars, le colloque a été annulé avec l’intention d’un report à date ultérieure. Après quelques hésitations, qu’on peut attribuer à l’incertitude sur le destin collectif, les organisateur-ice-s ont décidé de tenir la journée « en ligne ». Je mets des guillemets, vous comprendrez peut-être en sachant ce qui s’est passé.

Continuer la lecture de « La journée d’étude dans le néant (une histoire sur la COVID-19) »

Écritures à l’envers

Ce carnet de recherche servira de compagnon à l’évolution de mon projet de thèse sur l’utilisation de la prétérition dans les textes narratifs français des XIIe et XIIIe siècles. Il s’agit d’un journal de recherche, qui me servira à laisser des traces, de semaine en semaine, du processus intellectuel qui me mènera vers la rédaction de ma thèse. J’en profiterai aussi pour discuter de la vie académique au sein de mon université (ou non) et de ma participation à des colloques et des journées d’étude, et je ferai à l’occasion des comptes-rendus de lectures sur les œuvres de mon corpus et sur les ouvrages théoriques que je lirai.

L’objectif sera donc de me permettre de laisser des traces du processus intellectuel. Ceci est d’autant plus pertinent que, contrairement à mon projet de mémoire, mon projet de thèse est pour le moment constitué de davantage de questions que de certitudes. La sélection du corpus des œuvres étudiées n’est pas encore faite, et celle-ci aura une influence décisive sur la direction que prendra ma recherche par la suite.

En créant un carnet de recherche en ligne plutôt que sur papier ou sur mon ordinateur, j’espère également pouvoir rejoindre et discuter de mon projet de recherche avec des collègues de différentes disciplines ou intéressés par la littérature de d’autres époques et de d’autres milieux. C’est que, l’un de mes objectifs de recherche étant de fournir des outils d’analyse pour la prétérition dans des textes de différentes époques, je ne veux pas pécher par trop de spécificité en m’enfermant dans mon corpus. Le dialogue avec des professeur-e-s et collègues me tient énormément à cœur.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search