Excursion hors-champ : JoJo’s Bizarre Adventure

Petite annonce : Je participerai (en distanciel) en mars prochain au colloque Imaginaires du corps, sensualités imaginées du Laboratoire des imaginaires de l’Université Rennes 2.

Dans ma présentation, je soutiendrai l’hypothèse que la huitième partie de JoJo’s Bizarre Adventure, JoJolion, trouve sa cohérence narrative, en dépit de ses incohérences de surface, lorsque l’on compare cette organisation narrative au traitement du corps dans le récit, notamment lorsque l’on y pense par le thème du dédoublement et de la dualité.

Il s’agit d’un manga et d’une série animée japonais écrits par Hirohiko Araki. Si les premières parties du manga sont plus conformes aux codes classiques du manga shônen, les parties six à huit de JoJo s’appliquent à renouveler et à transformer les codes narratifs et poétiques du manga. Dans JoJolion, le corps est un enjeu narratif majeur. Quelques remarques :

  • Le contrôle et les transformations du corps sont à la place centrale dans la quête identitaire du protagoniste, dont le corps est composé du corps de deux autres personnes.
  • Le corps est support d’enjeux de pouvoir, de la sensualité et de la sexualité, du drame, de l’héritage et des valeurs des personnages, fondamentalement pensés dans une perspective physique.
  • Le corps, en particulier sa nature, est le marqueur principal d’altérité dans le récit, qui oppose des êtres humains à des êtres à base de silicone surnommés « humains de roc » (岩人間, iwa-ningen).

Je me donnerai donc l’opportunité d’explorer ce nouveau sujet, et peut-être aussi de penser autrement le rapport texte-image que dans les manuscrits médiévaux. C’est en apparence sans rapport avec mon sujet de thèse, mais ça recoupe beaucoup de questions de théorie littéraire qui me préoccupent.

La journée d’étude dans le néant (une histoire sur la COVID-19)

Je suis une étudiante dans le programme de doctorat en littératures de langue française à l’Université de Montréal. Avant de commencer mon doctorat, j’ai bien entendu fini ma maîtrise… il faut bien passer par les roues d’entraînement pour faire du vélo, comme on dit.

Voyant mes collègues se mettre assez rapidement à participer à beaucoup de colloques, à publier dans des actes de colloques, à écrire des articles, lorsque j’étais à la maîtrise, j’ai senti l’urgence de m’insérer rapidement dans le milieu professionnel des études littéraires. Je l’ai fait avec assez de succès en février de cette année (2020), avant le début de la période la plus étrange que je vis depuis le début de ma vie (bon, ça remonte à 1996, ce ne sera probablement pas celle que je qualifierai de cette manière quand j’aurai 60 ans). Donc, j’ai décidé de tenter pour une journée d’étude adressée spécifiquement aux jeunes chercheurs, organisée à l’UQÀM autour du thème de la vérité et du mensonge en littérature.

Le colloque était initialement prévu pour le 21 avril, mais les choses étant devenues ce qu’elles sont depuis le 13 mars, le colloque a été annulé avec l’intention d’un report à date ultérieure. Après quelques hésitations, qu’on peut attribuer à l’incertitude sur le destin collectif, les organisateur-ice-s ont décidé de tenir la journée « en ligne ». Je mets des guillemets, vous comprendrez peut-être en sachant ce qui s’est passé.

Continuer la lecture de « La journée d’étude dans le néant (une histoire sur la COVID-19) »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search