La marchandisation de l’éducation, le clientélisme universitaire et leurs contraires: pistes de réflexion

Au cours de l’affaire récente entourant l’utilisation du mot en N en contexte universitaire et le sort réservé à Mme Verushka Lieutenant-Duval, beaucoup de professeur.e.s, tout spécialement dans les domaines des sciences humaines et des lettres, ont tenu à exprimer une certaine craintes qu’iels éprouvaient face à un certain clientélisme dans les actions de l’Université d’Ottawa.

Personnellement, je me suis déjà exprimé.e sur l’enjeu du racisme (spécifiquement en lien avec la production de Escouade 99, l’adaptation québécoise de la série américaine Brooklyn 99) et ma perspective personnelle se situe entièrement dans la lignée du féminisme intersectionnel. Je ne compte pas ici m’exprimer sur le sujet du racisme, mais plutôt m’intéresser spécifiquement à l’enjeu du clientélisme universitaire et de la marchandisation de l’éducation.

La première question que je me suis posé.e quand j’ai entendu ces expressions était de savoir à quoi réfèrent exactement ces deux expressions. J’ai donc demandé à mon ami Google…

Continuer la lecture de « La marchandisation de l’éducation, le clientélisme universitaire et leurs contraires: pistes de réflexion »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search