L’unique prétérition dans la Chanson d’Antioche

Après de nombreuses digressions, me voilà enfin de retour vers le sujet de ce blog (et de mes recherches).

Je ne m’attendais pas à trouver de prétérition dans la Chanson d’Antioche, mais la structure particulière de ce texte fait en sorte qu’il y en a bel et bien une, vers la toute fin du texte :

Hui mais orés paiens a grant honte livrer.
Langue ne poroit dire ne nus cuers porpenser
Çou que le jor en fisent li baron d’outremer.

Ne vos sai des proeces de cascun aconter,
Mais le duc de Buillon ne voel jo oblïer,
Ne Guigier l’Aleman qui tant fait a löer,
Ne le conte Robert qui Flandres doit garder,
Li quens Hues li Maines et Buiemons li ber,
Robers de Normendie o le vïaire cler :
Par le bataille vont a guise de sengler.
Entre l’eve et le mont vont paiens encontrer ;
Od les brans acerins les fisent reüser ;
Onques en lor heberges ne porent puis ester.

La Chanson d’Antioche, éd. et trad. Bernard GUIDOT, l. 358, v. 9124-9136, p. 924 et 926.

Je vais donc simplement mettre ici quelques remarques concernant cette prétérition.

Il y a deux niveau à cette prétérition. Il y a, en premier lieu, le passage que j’ai mis en gras : « Langue ne poroit dire ne nus cuers porpenser / Çou que le jor en fisent li baron d’outremer. » (v. 9125-9126). La contradiction est ici très évidente : le narrateur dit qu’aucune langue ne pourrait dire, ni aucun coeur s’imaginer, ce que les barons ont fait de leurs ennemis. La laisse suivante commence pourtant la description de la bataille de cette journée entre les Français et les troupes de Corbaran. La description de cette journée s’étend sur les vers 9137 à 9343, soit plus de 200 vers, répartis sur 7 laisses.

En second lieu, il y a l’affirmation que le narrateur ne racontera pas les prouesses de chacun (ce qui se comprend bien, il ne le fait jamais parce que cela serait absolument impossible), mais il énumère ensuite une liste de barons qu’il affirme ne pas vouloir omettre. Dans les 7 laisses suivantes (v. 9137-9343), voici les hommes qui sont nommés, dans leur ordre d’apparition : Gérard de Melun (v. 9145-9146), Évrard du Puiset (v. 9150-9151), Droon, Clarembaut et Thomas de la Fère (v. 9152), Paien de Beauvais (v. 9163), Corbaran* (v. 9176), Tancrède de Bari (v. 9183), Godefroy de Bouillon** (v. 9187), Guigier l’Allemand** (v. 9200), Claras de Sarmazane* (v. 9201), Brudalan* (v. 9314), Hérode* (v. 9314) et l’évêque du Puy (v. 9320)1, 2. Nous avons donc ici beaucoup d’hommes nommés que le narrateur n’a pas inclus dans sa liste, et plusieurs qui y étaient inclus mais dont il ne parle pas (Robert de Flandres, Hugues le Maine, Bohémond de Sicile et Robert de Normandie, soit 5 des 7 hommes nommés). Dans les personnages qu’il n’avait pas nommés, beaucoup sont des personnages mineurs, voire même des personnages qui n’apparaissent nulle part ailleurs dans le texte (c’est le cas de Gérard de Melun et de Paien de Beauvais). Les autres personnages nommés, qui sont par ailleurs tous des personnages très important de la chanson, se perdent dans la masse informe des barons français.

Que se passe-t-il donc ici?

Niveau 1, le motif de l’indicible

L’indicibilité ou l’indescriptibilité des événements est un motif récurrent dans les prétéritions, selon celles que j’ai pu voir jusqu’à présent dans mes lectures. Il est courant pour un narrateur de prétexter qu’il ne saurait pas décrire fidèlement ce dont il veut parler, soit parce qu’il serait impossible de le mettre en mots (« Langue ne poroit dire » (v. 9125)) ou parce que personne ne pourrait le comprendre (« ne nus cuers porpenser » (v. 9125)). L’indicibilité peut être du point de vue du narrateur seul ou, comme dans le cas présent, être attribuée à tous. Dans le premier cas, le narrateur admet une faillibilité de sa propre part (cause interne), tandis que dans l’autre cas, le narrateur attribue son incapacité à dire au fait que les événements dépassent l’entendement humain (cause externe).

Le cas qui nous occupe indique donc que les événements seraient impossibles à raconter pour qui que ce soit, parce qu’ils dépassent ce qu’il est possible de mettre en mots. Cette remarque s’inscrit dans la tendance hyperbolique de l’expression. Elle ouvre la porte à la surenchère et sous-entend que ce qui s’est déroulé était, dans une certaine mesure, surnaturel, au-delà de ce que l’humain peut comprendre. Cela s’inscrit dans l’esthétique d’exaltation de la grandeur du héros épique, en particulier pour le personnage de Godefroy de Bouillon. Celui-ci se retrouve seul et blessé devant une marée d’ennemis et il adresse alors une prière à Dieu, qui se termine juste au moment où ses camarades arrivent à sa rescousse. En entamant son récit après avoir dit que les événements étaient indicibles, le narrateur sous-entend que leur portée pourrait dépasser ce qu’il a pu mettre en mots.

Niveau 2, la prétérition inverse

Alors que la prétérition consiste habituellement en le fait d’annoncer que l’on ne fera pas quelque chose, pour finalement le faire tout de même, on a ici un cas inverse : le narrateur annonce ce qu’il compte faire, pour finalement faire autre chose.

Ce deuxième niveau de la prétérition comporte deux affirmations dont il faut tenir en compte. La première correspond encore une fois au motif de l’indicible (« Ne vos sai des proeces de cascun aconter » (v. 9127)), mais cette fois, c’est une cause interne qui l’explique. Le narrateur dit qu’il ne sait pas comment raconter les prouesses de chaque baron. Cela peut arriver parce que le narrateur n’a pas les informations nécessaires pour ce faire, parce qu’il n’a pas le savoir-faire pour rendre avec justesse les événements, ou encore pour d’autres raisons. La deuxième affirmation concerne les barons qu’il dit ne pas vouloir oublier dans sa description : « Mais le duc de Buillon ne voel jo oblïer / Ne Guigier l’Aleman qui tant fait a löer, / Ne le conte Robert qui Flandres doit garder, / Li quens Hues li Maines et Buiemons li ber, / Robers de Normendie o le vïaire cler ; / […] » (v. 9128-9132) Et pourtant, il n’est question que de Godefroy de Bouillon et de Guigier l’Allemand dans les laisses qui suivent.

Pourquoi une prétérition? Pistes d’interprétation

J’ai déjà indiqué sur ce blog que la prétérition est assez rare dans les chansons de geste, à mon avis parce que la tonalité épique se prête peu aux jeux de distanciation et d’ironie qu’impliquent les prétéritions. Toutefois, les prétéritions ont, il me semble, une autre fonction que l’on voit surtout surgir dans les récits assez longs (comme c’est le cas pour la Chanson d’Antioche), des récits qui manifestent un désir de voir advenir leur achèvement, à la structure assez complexe.

Je crois, et c’est quelque chose qui sera bien entendu à vérifier avec une étude plus détaillée d’autres textes, que la prétérition s’inscrit ici dans l’accélération général du rythme du récit qui mène la Chanson d’Antioche à sa conclusion.

On pourrait en effet, je crois, décrire la Chanson d’Antioche en quatre moments:

  1. La croisade populaire et ses préambules (v. 1-758)
  2. Le début de la croisade des barons et la prise de Nicée (v. 759-2556)
  3. Le siège et la bataille d’Antioche (v. 2557-9579)
  4. L’épilogue (v. 9580-9821)

La prétérition qui nous intéresse se situe vers la fin du morceau principal du récit et introduit les laisses finales du combat pour la prise d’Antioche, moment où les troupes des chrétiens mettent finalement en déroute l’armée de Corbaran d’Oliferne, peu avant qu’un Syrien rapporte aux barons français la tête de Garsion d’Antioche, maître païen de la cité qui refusait de se rendre.

Cette prétérition se situe donc dans une mouvance générale d’accélération du rythme du récit en vue de le conduire à sa conclusion. Elle introduit les derniers mouvements de la guerre et précipite le récit vers son dénouement. Le motif de la prétérition pourrait bien être le manque de temps pour le finir : peut-être le rédacteur de la chanson sentait-il que son récit commençait à s’allonger sans raison. Il aurait alors senti qu’il devait justifier le fait qu’il passerait certains éléments que le public aurait pu connaître sous silence. Cela expliquerait aussi la mention des personnages les plus importants parmi les barons, sans pour autant que le narrateur ne s’intéresse à leurs exploits. Les rappelant ainsi à la mémoire de son public, le conteur se sentait peut-être alors libre de glisser rapidement sur eux par une simple mention, sans qu’on l’accuse de ne pas avoir parlé d’eux.

Cet exemple permet de mettre l’accent sur le fait que la prétérition dans la narration se situe toujours près des fonctions du narrateur dans le récit, du portrait que le conteur donne de lui-même et des implications de la mise en récit au Moyen Âge. Contrairement à ce que certains ont pu dire de la Chanson d’Antioche, ce récit fait plutôt montre d’une conscience aiguë du conteur de sa position par rapport à son public et d’un horizon d’attente de celui-ci.

Si tout se passe bien, je trouverai d’autres exemples qui viendront corroborer cette interprétation, mais je vais laisser ce billet ici pour aujourd’hui.



Citer ce billet
Justine Robidas (2020, 6 décembre). L’unique prétérition dans la Chanson d’Antioche. Écritures à l'envers. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/szz7

  1. * : Personnage ennemi des Français. []
  2. ** : Personnage nommé dans la liste des vers 9128-9132 que le narrateur a dit ne pas vouloir oublier. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search