La marchandisation de l’éducation, le clientélisme universitaire et leurs contraires: pistes de réflexion

Au cours de l’affaire récente entourant l’utilisation du mot en N en contexte universitaire et le sort réservé à Mme Verushka Lieutenant-Duval, beaucoup de professeur.e.s, tout spécialement dans les domaines des sciences humaines et des lettres, ont tenu à exprimer une certaine craintes qu’iels éprouvaient face à un certain clientélisme dans les actions de l’Université d’Ottawa.

Personnellement, je me suis déjà exprimé.e sur l’enjeu du racisme (spécifiquement en lien avec la production de Escouade 99, l’adaptation québécoise de la série américaine Brooklyn 99) et ma perspective personnelle se situe entièrement dans la lignée du féminisme intersectionnel. Je ne compte pas ici m’exprimer sur le sujet du racisme, mais plutôt m’intéresser spécifiquement à l’enjeu du clientélisme universitaire et de la marchandisation de l’éducation.

La première question que je me suis posé.e quand j’ai entendu ces expressions était de savoir à quoi réfèrent exactement ces deux expressions. J’ai donc demandé à mon ami Google…

« Clientélisme » universitaire?

L’application exacte du terme « clientélisme » en ce qui concerne le milieu universitaire est on ne peut moins claire. Le clientélisme s’applique tantôt à la sélection des étudiant.e.s admis.e.s dans un programme (p. 84), tantôt au recrutement de nouvelleaux professeur.e.s, en particulier en France, tantôt à la gestion du personnel déjà en place dans les universités. Dans le cas de la controverse entourant l’Université d’Ottawa (UO) et Mme Lieutenant-Duval, il a été utilisé pour inférer que la décision de l’UO avait été prise pour plaire aux étudiant.e.s et empêcher que les plaintes contre l’enseignante se retournent contre l’institution.

Dans ce dernier cas, elle a été utilisée pour décrier que l’UO aurait adopté l’adage « le client est roi » à la lettre, sans faire de réflexion critique à l’endroit des accusations à l’endroit de la chargée de cours. Je suis incapable de dire s’il y avait ou non un fondement à cette accusation, car les personnes qui ont pris la décision de suspendre Mme Lieutenant-Duval n’ont, à ma connaissance, pas commenté publiquement leur décision. À mon avis, il est toutefois très probable que la décision de l’UO ne visait pas (ou pas que) à apaiser les étudiant.e.s, mais surtout à sauvegarder son image publique en ne cautionnant pas un geste jugé problématique, qui a été celui de Mme Lieutenant-Duval. Cela expliquerait aussi pourquoi la suspension de l’enseignante a été renversée (du moins en l’apparence) quand l’UO a vu que l’opinion publique québécoise était largement défavorable envers son geste. Il est donc très probable, selon moi, qu’il s’agissait davantage d’un geste de relations publiques que de clientélisme.

Nonobstant ce cas particulier, la définition de clientélisme dans le milieu de l’éducation est à interroger. L’ami Wikipédia nous dit:

Le clientélisme est un système d’échanges interpersonnels non marchands de biens et de services échappant à tout encadrement juridique, entre des individus disposant de ressources inégales (le « patron » et ses « clients »). Malgré une vision justifiée largement répandue du caractère antidémocratique du clientélisme, notamment en politique, il convient d’affirmer que le clientélisme est également un moyen de politiser les populations, mais aussi de pallier le déficit d’implantation des services publics ou de réduire les inégalités.

« Clientélisme », Wikipédia, version du 8 novembre 2020. Le gras provient de la source, je souligne.

Le caractère péjoratif du terme ne va donc pas de soi. C’est un terme et un concept qui doivent être nuancés. En regardant dans les sources que j’ai indiquées plus haut, on voit que le terme est surtout utilisé pour émettre des craintes face aux pressions du capitalisme sur le système de l’éducation. Voyons ces cas dans l’ordre:

Dans le premier cas, le terme « clientélisme » fait référence à un potentiel relâchement des critères d’admission dans les programmes contingentés qui permettrait à des étudiant.e.s qui n’ont pas les compétences pour réussir le programme d’y être admis.e.s malgré tout. Il est entendu que le relâchement de ces critères amènerait à traiter l’éducation comme un bien auquel tou.te.s ont droit, pour autant qu’iels défraient les coûts associés au programme. Ce genre de cas est fortement associé à une critique de la logique comptable des administrations universitaires, lesquelles doivent maximiser les profits de l’institution pour assurer sa pérennité. Elles sont, dans ce cas particulier, accusées de le faire aux dépens de la qualité de l’enseignement: en effet, plus grandes sont les classes et les cohortes universitaires, moins les professeur.e.s peuvent individualiser leur approche et aider les étudiant.e.s à maximiser leur croissance intellectuelle au sein de l’université.

Dans le deuxième cas, l’accusation s’adresse particulièrement au fonctionnement du recrutement des professeur.e.s et maître.sse.s de conférences dans les universités françaises. Elle concerne une forme de népotisme, qui favoriserait les candidat.e.s localaux, ayant des contacts au sein de l’université, connu.e.s par certain.e.s professeur.e.s déjà à l’emploi d’une université, aux dépens du processus habituel, qui repose sur l’évaluation par les pairs de l’expertise et des compétences d’un.e candidat.e, afin de s’assurer que la personne retenue soit la plus compétente possible pour la tâche qui lui incombera. Dans le cas particulier que j’ai indiqué, en plus du côté peu égalitaire de la démarche, les personnes impliquées décriaient le manque de respect de l’administration pour le temps des candidat.e.s ayant passé des entrevues et pour le comité qui a conduit ces entrevues et débattu pour en venir à une recommandation officielle, pour finalement la voir tassée du revers de la main. L’administration de l’université avait fait tenir les entrevues pour donner au processus l’apparence de suivre la marche habituelle des choses, mais elle savait déjà qu’elle allait rejeter la recommandation du comité. Ici, ce n’est pas une logique comptable qui est critiquée, mais spécifiquement du favoritisme qui nuit à la qualité de l’enseignement.

Le troisième cas parle des coupes budgétaires successives dans l’administration des études post-secondaires par les derniers gouvernements au Québec, coupes qui placent les universités et les cégeps en situation financière précaire. Ces coupes budgétaires sont, à juste titre à mon avis, vues comme une pression sur le système de l’éducation qui le force à imiter la logique marchande des entreprises privées, c’est-à-dire que les coupes budgétaires mènent inévitablement à une diminution de la gamme et de la qualité des services offerts par les institutions. Les administrations sont alors forcées de privilégier les secteurs de leur activité qui bénéficient leur portefeuille, aux dépens de leur mission de considérer l’éducation et la recherche comme des biens publics. Il y a un danger important que cela se traduise en particulier par des coupes dans les domaines des lettres et des sciences humaines, qui génèrent beaucoup moins de profits pour les administrations universitaires que les milieux des sciences naturelles, fortement épaulées dans leurs recherches par le secteur privé.

Ces trois cas sont des cas qui font spécifiquement référence à des pratiques courantes dans les secteurs privés de l’économie, qui sont vues comme des dangers potentiels pour la qualité de l’éducation offerte dans les universités. Ce sont des cas où l’on considère l’éducation comme un bien ou un service, desquels les étudiant.e.s sont les consommateur.ice.s. L’échange entre le pourvoyeur de service, l’université, et son client, l’étudiant.e, prend le pas sur le contenu exact de ce service ou le but qu’il est censé atteindre.

Du clientélisme à la marchandisation et au consommateurisme

Je vais citer ici une définition donnée par Marianne Di Croce de la marchandisation de l’éducation:

De manière géné­rale, on peut dire que la marchan­di­sa­tion de l’édu­ca­tion consiste à détour­ner l’édu­ca­tion de ses fina­li­tés propres pour la mettre au service de fina­li­tés écono­miques : la renta­bi­lité, la perfor­mance, le profit, etc. Autre­ment dit, la marchan­di­sa­tion de l’édu­ca­tion nous amène à consi­dé­rer l’édu­ca­tion comme un produit, un bien de consom­ma­tion, dont la valeur est déter­mi­née en fonc­tion de sa capa­cité à répondre aux besoins du marché.

Yasmine Mehdi, « 3 questions pour comprendre : la marchandisation de l’éducation », dans La Rotonde, Ottawa, Université d’Ottawa, 27 février 2017

La marchandisation de l’éducation est donc différente du clientélisme: plutôt que de se rapporter à la tendance de l’éducation, bien public, à se réformer sur le modèle économique de l’entreprise privée, elle se rapporte aux pressions que font subir le système capitaliste et l’entreprise privée à l’université. Malgré cette subtile nuance, les deux sont intrinsèquement liés: dans deux des trois cas où l’on parlait de clientélisme ci-contre, la réformation de l’économie universitaire sur le modèle de l’entreprise privée se fait pour répondre à des pressions de l’économie globale, qui dévalorise souvent l’éducation post-secondaire, en particulier aux cycles supérieurs, dans les domaines qui ne sont pas en demande dans le reste de l’économie.

Devant la pression de la logique marchande, les universités sont tentées de traiter les étudiant.e.s avant tout comme des consommateur.ice.s d’un service. D’où un certain type de consommateurisme dans la forme que prennent les pratiques des établissements d’enseignement supérieur. Damien Hallegatte indique:

Au sens large, il s’agit d’une idéologie et d’un dispositif qui consiste à donner davantage de pouvoir au consommateur. Le consommateurisme s’est développé dans le domaine marchand, car on ne peut compter sur la bienveillance des producteurs privés de produits ou de services, pour qui le souci de satisfaction du client, purement instrumental, s’arrime difficilement à l’objectif de générer des profits.

Damien Hallegatte, « Clientélisme à l’université », dans libredeconsommer. Une critique de la société de consommation, par Damien Hallegatte, Ph. D., 1er février 2017, consulté le 8 novembre 2020.

La marchandisation de l’éducation et le consommateurisme à l’université sont donc deux concepts assez distincts. Le premier concerne la conception de l’offre de services universitaires en fonction des besoins du marché capitaliste dans son ensemble; le second concerne la tendance à considérer l’étudiant.e comme un.e client-roi ou cliente-reine dont la satisfaction prend le pas sur les objectifs philosophiques de la formation universitaire. Les deux concepts rendent compte de pressions que subit le système d’éducation qui sont susceptibles de nuire à la qualité de l’enseignement.

Le cas qui m’a servi d’ouverture à ce billet de blog s’inscrit plus clairement dans le consommateurisme que dans le clientélisme. C’est plutôt ce terme qu’auraient dû employer les professeur.e.s qui étaient inquiet.ète.s à la suite des événements à l’UO.

Pour autant, j’aimerais émettre ici quelques réserves concernant cet emploi dans le contexte de l’« affaire » Lieutenant-Duval.

Le contraire du consommateurisme à l’université?

Dans le contexte de la controverse discutée ci-dessus, plusieurs personnes ont dit que l’UO avait agi en tenant compte des demandes des étudiant.e.s sans égards pour la qualité de l’enseignement prodigué ou pour la mission de l’institution universitaire. Cela a causé chez plusieurs une crainte pour la liberté académique, exprimée très fortement par la lettre collective « Enseigner dans le champ miné de l’arbitraire » signée par près de 600 professeur.e.s et enseignant.e.s. On a immédiatement soulevé des craintes pour la possibilité d’enseigner, en premier lieu, des textes issus de la Négritude de Léopold Sédar Singhor ou d’autres textes écrits par des personnes noires, comme le fameux Comment faire l’amour avec un nègre sans se fatiguer de Danny Laferrière. La crainte s’est ensuite étendue à des textes plus anciens, qui font un usage plus problématiques du mot, comme le Candide de Voltaire, par exemple.

Est-ce que ces craintes sont fondées?

Dans le contexte précis de l’« affaire » Lieutenant-Duval, rien n’est moins sûr. Lors d’une entrevue à Tout le monde en parle, Émilie Nicolas, chroniqueuse au Devoir, indique qu’il est important de continuer de parler de textes tels que celui de Pierre Vallières, Nègres blancs d’Amérique, entre autres pour reconnaître l’occultation du combat des personnes noires pour l’égalité au Québec que fait le titre de cette œuvre. Ricardo Lamour abonde dans le même sens en soulignant que l’utilisation de ce mot dans le titre du texte de Vallières doit être questionné. Dans tous les discours de personnes racisées et noires au sujet de cette controverse, jamais je n’ai vu une seule personne dire que certains textes ne devraient plus jamais être enseignés. Tou.te.s soulignent seulement que ces textes doivent être abordés en tenant compte du pouvoir de ce mot et de ces implications dans le texte où il se trouve. Cela veut dire parfois, comme dans le cas du texte Ils étaient dix d’Agatha Christie, qu’il est nécessaire de renommer des œuvres dont nous savons que les auteur.ice.s n’avaient pas d’intention raciste et chez qui l’utilisation de ce mot se voulait neutre. Dans tous les cas, c’est un appel à la contextualisation qui se fait entendre chez les personnes concernées par le mot en N, et non un appel à la censure. Au contraire, une censure pure et simple empêcherait d’engager un dialogue, de reconnaître les côtés problématiques du passé et de devenir de meilleurs citoyens du monde.

En dénonçant le consommateurisme du milieu universitaire et en montant aux barricades pour défendre la liberté académique sans au préalable reconnaître leurs devoirs envers les étudiant.e.s, les professeur.e.s semblent, en tout cas du point de vue des étudiant.e.s et, je n’en doute pas, des personnes racisées dans leur ensemble, affirmer à grands cris le droit de dire ce qu’iels veulent dans leurs classes sans se faire critiquer de quelque manière que ce soit. Cela apparaît comme une manière de se dédouaner du devoir de réfléchir à la question raciale en contexte de classe et ça apparaît, comme disent les anglophones, comme si l’on demandait le droit de présenter un texte en faisant fî de l’éléphant dans la pièce.

En ce sens, et je doute que ce soit vraiment ce que veulent dire les professeur.e.s qui sont de cet avis, c’est presque comme si l’on demandait aux étudiant.e.s qui assistent au cours d’accepter passivement le contenu qu’on leur transmet. Comme si on leur disait qu’iels n’ont pas le droit de demander à leurs professeur.e.s de présenter le contenu de leur cours de manière critique. Comme si on leur disait qu’iels n’ont pas le droit de demander un contexte de classe sécuritaire, ouvert et respectueux de leur dignité humaine. En ce sens, on dirait presque que les professeur.e.s demandent des étudiant.e.s qui soient des réceptacles passifs de leur savoir et qui devraient s’incliner devant la supériorité absolue du ou de la professeur.e, alors que l’on sait très bien que les professeur.e.s détestent les étudiant.e.s passifves.

Si l’on s’évertue à critiquer le clientélisme et la marchandisation de l’éducation sans pour autant faire une place aux voix des étudiant.e.s dans la classe, il me semble que l’on se trouve là à empêcher l’université d’accomplir l’une de ses missions principales. L’université existe comme institution de formation intellectuelle et sociale. Elle engage les étudiant.e.s avec le savoir, développe leur pensée critique, les amène à réfléchir sur leur société et sur son fonctionnement, etc. Dire aux étudiant.e.s qu’iels ne devraient pas exercer ces habiletés en classe, c’est tenir un discours de doubles standards. C’est aussi nier que les personnes qui sont assises dans les salles de cours (ou, dans le contexte actuel, devant leur ordinateur, dans le confort ou l’inconfort de leur demeure) sont bel et bien des personnes qui ont des sensibilités et dont il est impératif de reconnaître l’engagement intime avec la matière qui leur est enseignée.

S’il y a bien quelque chose que nous enseigne le contexte actuel, c’est que les étudiant.e.s veulent pouvoir bénéficier de leurs interactions avec les professeur.e.s et chargé.e.s de cours. Beaucoup se trouvent bien mal devant l’enseignement en ligne tel qu’il est prodigué en ce moment, et ce, à cause du fait que ce sont des modes d’apprentissages qui ne favorisent pas du tout l’engagement entre les professeur.e.s et les étudiant.e.s.

Le consommateurisme est un problème. Mais ce n’est pas le problème ici. Le consommateurisme en éducation serait de dire que les étudiant.e.s devraient avoir le droit de se passer de l’acquisition de connaissances et de compétences fondamentales dans leur domaine d’études en choisissant à la carte le contenu de leurs cours. Ce n’est pas ce dont il est question ici. Il s’agit plutôt de favoriser un engagement actif des étudiant.e.s dans leur processus d’apprentissage en créant des climats de classe sains et sécuritaires, où les étudiant.e.s issu.e.s de minorités, visibles ou invisibles, ethniques ou autres, se sentent les bienvenu.e.s à s’engager avec la matière du cours afin de pouvoir, elleux aussi, accéder à la croissance intellectuelle qu’est censée permettre l’institution universitaire.

La question de la liberté académique et d’enseignement ne se pose, à mon sens, qu’en tenant compte de cet aspect. Sans l’engagement intellectuel de tou.te.s les étudiant.e.s, l’université se trouve à tomber, justement, dans une forme de marchandisation de l’éducation, où les étudiant.e.s reçoivent un produit sur lequel iels n’ont aucun mot à dire et dont le seul but serait de leur permettre de passer des examens et d’obtenir un diplôme. Il me semble que c’est là exactement le contraire de ce que tout.e professeur.e, tout enseignant.e, devrait désirer.

Sans vouloir faire un procès d’intention à qui que ce soit ou accuser qui que ce soit en particulier, j’espère que ce texte amènera celleux qui le liront à faire un bout de chemin sur cette question. Ce texte est loin d’être parfait et j’en suis conscient.e, mais il se veut surtout comme point de départ pour entamer la réflexion.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.