La journée d’étude dans le néant (une histoire sur la COVID-19)

Je suis une étudiante dans le programme de doctorat en littératures de langue française à l’Université de Montréal. Avant de commencer mon doctorat, j’ai bien entendu fini ma maîtrise… il faut bien passer par les roues d’entraînement pour faire du vélo, comme on dit.

Voyant mes collègues se mettre assez rapidement à participer à beaucoup de colloques, à publier dans des actes de colloques, à écrire des articles, lorsque j’étais à la maîtrise, j’ai senti l’urgence de m’insérer rapidement dans le milieu professionnel des études littéraires. Je l’ai fait avec assez de succès en février de cette année (2020), avant le début de la période la plus étrange que je vis depuis le début de ma vie (bon, ça remonte à 1996, ce ne sera probablement pas celle que je qualifierai de cette manière quand j’aurai 60 ans). Donc, j’ai décidé de tenter pour une journée d’étude adressée spécifiquement aux jeunes chercheurs, organisée à l’UQÀM autour du thème de la vérité et du mensonge en littérature.

Le colloque était initialement prévu pour le 21 avril, mais les choses étant devenues ce qu’elles sont depuis le 13 mars, le colloque a été annulé avec l’intention d’un report à date ultérieure. Après quelques hésitations, qu’on peut attribuer à l’incertitude sur le destin collectif, les organisateur-ice-s ont décidé de tenir la journée « en ligne ». Je mets des guillemets, vous comprendrez peut-être en sachant ce qui s’est passé.

Parler aux murs de sa chambre

Ce qui a été prévu par les organisateur-ice-s est un enregistrement live via Zoom des présentations des conférencier-ère-s. Bon, personnellement, je ne les blâme pas. Je comprends qu’il fallait essayer de trouver une solution rapidement pour ne pas causer une annulation totale de la journée d’étude. Mais n’empêche que ça a été pour moi une expérience assez drôle, pas nécessairement dans le bon sens du mot.

Je n’ai pas pu enregistrer ma présentation en direct sur Zoom, parce que je me faisais enlever les quatre dents de sagesse quelques jours à peine avant la date qu’ils ont choisi pour mon enregistrement (pas vraiment de leur faute, encore une fois; toutes les dates qu’iels avaient offertes tombaient très près de la date fatidique). Après leur en avoir parlé, j’ai décidé d’enregistrer moi-même ma présentation à l’aide d’OBS Studio avant mon opération. Pour être honnête, je préférais de loin cette option à celle d’un enregistrement en direct. L’un des avantages évident est la possibilité de faire plusieurs prises, et aussi celles de faire du montage pour effacer les gaffes ponctuelles.

J’aurais peut-être mieux compris l’idée de l’enregistrement direct s’il avait été question de tenir la journée d’étude entièrement sur Zoom, avec une formule similaire à celle qui étaient prévue initialement : tous les participants en présentiel pour la majorité de la journée, mais sur Zoom au lieu de sur le campus de l’UQÀM. Évidemment, parvenir à obtenir de tous les participant-e-s qu’iels dégagent une journée entière de leur horaire pour un colloque n’est pas évident. Mais ce n’est pas plus évident en personne qu’en ligne. Aussi, c’est certain que la #zoomfatigue doit commencer à pogner quand on décide de passer 6 h dans une journée sur Zoom (heureusement, pas d’affilée). (D’ailleurs, je me demande s’il y a déjà des études en cours ou terminées sur les raisons qui la rendent si difficile à supporter, en-dehors du fait que le temps passé à fixer son écran plutôt qu’une feuille de papier ou un paysage est toujours plus fatiguant.)

Le résultat de cette décision est que toute la partie intéressante, à mon avis, des colloques et des journées d’étude, a été évacuée du processus. En effet, en tant que jeunes chercheur-euse-s, nous sommes tou-te-s à la recherche de validation sur nos capacités, ce qui justifierait notre implication dans le domaine. J’aimerais dire que je me fais confiance, que je connais ma valeur, mais le syndrome de l’imposteur ne m’épargne pas plus qu’un-e autre. Je fais de mon mieux pour l’ignorer et tenter ma chance là où je le peux et là où je le pense pertinent, mais ça n’empêche pas cette petite bibitte accablante de faire son nid dans les tréfonds de ma conscience.

Non, en fait, mon seul public lors de cette journée d’étude a été mes livres rangés sagement dans ma bibliothèque en arrière de moi. Bon, on dit parfois qu’une bibliothèque bien remplie est un réservoir infini de conversations philosophiques, n’empêche que Balzac était probablement moins féru de littérature médiévale que je ne le suis. Mon copain a dit qu’il regarderait ma vidéo, mais comme elle n’est pas du tout conçue pour un public généraliste, il a abandonné au bout de 5 minutes.

Cheminement intellectuel et dialogue

J’ai mentionné le syndrome de l’imposteur, bête ô combien pernicieuse et félonne, mais le but du dialogue en contexte de colloque ou de journée d’étude n’est pas que de rassurer les jeunes chercheur-euse-s anxieuxes comme moi. C’est aussi, et je crois que c’est d’abord, un espace de partage et d’échange qui bonifie énormément le processus de cheminement intellectuel. Comme je le disais à une collègue il n’y a pas longtemps, si le chemin de la thèse doit nécessairement mener hors des sentiers battus, il ne peut y avoir que des avantages à faire au moins un petit bout de chemin en bonne compagnie.

Ce petit bout de chemin, il a pour objectif de nous aider à éviter les pièges communs, les fausses-pistes, les détours hasardeux et les barrières imprévues. Un colloque ou une journée d’étude conçue pour les étudiant-e-s a aussi pour mission, en tout cas à mon avis, d’offrir l’occasion pour les étudiants de corriger le tir, soit sur une réflexion plus personnelle, parallèle à leur recherche de mémoire ou de thèse, soit sur une partie centrale de leur hypothèse de travail.

Je crois que c’est cette grosse composante qui a manqué pour moi à cette journée d’étude, cela dit très intéressante… en tout cas pour ce qui concerne la réflexion que j’y ai exposée. Je ne suis pas vraiment mieux que mes collègues, je n’ai encore vu aucune des autres vidéos des autres participant-e-s du colloque, ce qui contribue définitivement à mon impression d’être un chien dans un jeu de quilles et d’avoir parlé aux murs de ma chambre.

Si jamais le cœur vous en dit, ma vidéo est ici: « Avoir le dernier mot: problématiques de la vérité fictionnelle dans la “Troisième Continuation du Conte du Graal” ».

Ah oui, parce que la vidéo a été hébergée en ligne. D’un côté, je suis en faveur du libre-accès, et le concept de colloque fermé qui n’est publié nulle part et qui ne s’offre qu’à ceux qui sont en présence me semble tout à fait inutile. D’un autre côté, je suis certaine que d’ici à la fin de ma thèse j’aurai beaucoup de critiques à faire à la petite moi naïve de 2020. Mais bon, peut-être que c’est là aussi une partie de ce fameux cheminement intellectuel…

(P. S. Je sais que j’avais promis dans le titre une histoire sur la COVID-19. C’est à la fois une vérité et un mensonge. Tout est dans tout. Ciao bye.)

Justine Robidas



Citer ce billet
Justine Robidas (2020, 20 octobre). La journée d’étude dans le néant (une histoire sur la COVID-19). Écritures à l'envers. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/szz1

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search